VIH, l’espoir est permis !

11 Mai 2017 par

Le 3 mai dernier, la société de biotechnologie française ABIVAX publiait les résultats prometteurs de son étude de phase IIa sur le traitement du VIH par la molécule ABX464. Une très bonne nouvelle pour les quelque 150 000 français touchés par le virus. Demain sans virus revient, pour vous, sur cette avancée majeure.

VIH espoir permis

Qu’est-ce que les « réservoirs VIH » ?

On parle de réservoir viral pour désigner la stratégie de camouflage du virus. Pour échapper aux médicaments, celui-ci s’insère dans certaines cellules du système immunitaire sous forme inactive, dans l’attente du moment propice pour se réactiver.

Ainsi, les rétroviraux actuellement disponibles permettent de contrôler la charge virale (quantité de virus présent dans le sang) rendant alors le virus indétectable par les techniques actuelles de dépistage. Ces médicaments ont considérablement réduit la mortalité et la morbidité (symptômes associés) liées à l’infection. Les personnes atteintes de VIH peuvent donc vivre aussi longtemps que n’importe quel autre individu. Cependant, la réalité c’est que le virus est toujours là, prêt à ressurgir dès l’arrêt des traitements.

Depuis plusieurs années, la communauté scientifique espère cibler ces réservoirs VIH pour venir à bout de la maladie. Jusqu’à maintenant aucune de leur tentative n’a été fructueuse. Mais, il semblerait que l’heure soit au changement et que la persévérance des chercheurs ait enfin payé avec la molécule ABX464.

ABX464 débusque les réservoirs du VIH

Le cheval de bataille de la société ABIVAX, spécialisée dans les biotechnologies, c’est le système immunitaire avec l’objectif ambitieux de venir à bout des maladies virales. Parmi leur cible, le VIH figure en première position. Ainsi, ABIVAX annonçait le 3 mai dernier les premiers résultats très prometteurs de leur étude en cours concernant la molécule ABX464 qui pourrait bien être l’élément clé de la guérison du VIH.

En effet, pour la première fois une molécule a permis une réduction des réservoirs du VIH chez les patients chroniques atteints de VIH. Ainsi, la molécule serait donc capable à la fois d’éliminer le virus dans le sang mais aussi au niveau de ses réservoirs. Pour la première fois, les chercheurs touchent du bout des doigts leur objectif : atteindre les réservoirs du virus.

L’étude a été réalisée sur 30 patients infectés par le VIH qui ont reçu pendant 28 jours, en plus de leur traitement rétroviral, soit ABX464 soit un placebo. Au bout de 28 jours, tous les traitements ont été stoppés jusqu’au rebond de la charge virale. Pour évaluer l’effet de la molécule, des prises de sang ont été effectuées au début de l’étude ainsi qu’au 28ème jour. Finalement, les résultats montrent pour la moitié des patients ayant reçu ABX464, une réduction moyenne de 40% (allant de -27% à -67%) des copies d’ADN viral. Aucune réponse n’a été observée chez les patients ayant reçu le placebo.

L’étape suivante consiste à évaluer l’effet de la molécule sur une période de traitement plus longue afin de constater son incidence sur le temps de rebond de la charge virale. Dans l’attente des prochains résultats prévus pour le 3ème trimestre de 2017, ces premiers constats laissent entrevoir un avenir rempli d’espoir pour les patients atteints de VIH.

– SIDA : un pas de plus vers la guérison ? Le généraliste . Le 3 mai 2017
– Réduction, pour la première fois chez le patient, des réservoirs du VIH induite par un traitement. Abivax Le 3 mai 2017

Charline D.
Pharmacienne.
Spécialiste dans le domaine des essais cliniques et passionnée de neurologie.
Aime le sport et la mode.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.