La mortalité liée au Sida en baisse

11 Août 2017 par

Le VIH (virus de l’immunodéficience humaine) a infecté 76,1 millions de personnes depuis le début de l’épidémie et représente un problème mondial majeur de santé publique. On parle de SIDA lors du dernier stade de l’infection par le VIH, lorsque l’immunodépression est sévère. Il conduit à la mort des suites de maladies opportunistes.

recul mortalité sida

Une évolution positive

En 2016 on a recensé environ 36,7 millions de personnes dans le monde vivant avec le VIH, dont 94% étaient des adultes. L’année 2016 a marqué un tournant et le franchissement d’un cap avec environ 53 % soit 19.5 millions de malades ayant accès à un traitement antirétroviral. Ce chiffre est en perpétuel augmentation depuis 2010 où il était de seulement 7,7 millions. Cela représente environ 54 % des adultes âgés de 15 ans et plus qui bénéficiaient d’un traitement antirétroviral, mais seulement 43 % des enfants âgés de 0 à 14 ans. Environ 76 % des femmes enceintes vivant avec le VIH avaient accès à des médicaments antirétroviraux pour prévenir la transmission du virus à leur bébé.

A savoir ! Le VIH affaiblit les systèmes de défense de l’organisme contre les infections et certains types de cancer. Avec l’altération et la suppression du fonctionnement des cellules immunitaires par le virus, d’autres affections opportunistes peuvent s’installer.

La prévention toujours d’actualité

Le diagnostic d’une infection par le VIH est établi par l’intermédiaire de tests de diagnostic rapide (TDR). Ils permettent de détecter la présence ou l’absence d’anticorps dirigés contre ce virus. Ces tests donnent généralement un résultat dans la journée et permettent une prise en charge précoce dans le cas d’une infection. A ce jour, il n’existe pas de moyen de guérir de l’infection par le VIH. Mais des traitements par des médicaments antirétroviraux (ARV) permettent de limiter le développement du virus et contribuent à éviter sa transmission. Les personnes infectées sous trithérapie par ARV bénéficient d’une espérance de vie augmentée d’environ dix ans.

En 2016 1,8 million de personnes ont été nouvellement infectées par le VIH, les chiffres sont encourageants car depuis 2010, les nouvelles infections par le VIH chez les adultes ont diminué d’environ 11 % (passant de 1,9M à 1,7M) et chez les enfants de 47 % (passant de 300 000 à 160 000).

Une prise en charge efficace

Depuis le début de l’épidémie 35,0 millions de personnes sont décédées à la suite de maladies opportunistes liées au SIDA. Les décès liés à cette pathologie ont diminué de 48 % depuis le niveau le plus élevé de 2005 passant de 1,9 millions à environ 1 million. La tuberculose reste la principale cause de décès chez les personnes vivant avec le VIH, soit environ un décès sur trois liés au sida. Les décès dus à la tuberculose chez les personnes vivant avec le VIH ont diminué de 33 % entre 2005 et 2015.

La région qui a accompli le progrès le plus important est l’Afrique australe et de l’Est, les décès liés au sida ont chuté de 42% depuis 2010 et les nouvelles infections ont reculé de 29%. Cependant la situation devient inquiétante en Europe de l’Est et en Asie centrale, avec entre 2010 et 2016 un nombre de nouvelles infections qui a augmenté de 60% et un nombre de décès qui a bondi de 27%.

Au niveau des investissements, à la fin de l’année 2016, 19,1 milliards de dollars US étaient disponibles pour la lutte contre le sida dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, cependant L’ONUSIDA estime que 26,2 milliards de dollars US seront requis pour la lutte contre le sida en 2020 dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, et un montant de 23,9 milliards de dollars US nécessaire pour 2030.

Clément G. / Ingénieur Biomédical

Clement G.
Ingénieur biomédical.
Passionné par l’innovation, les nouvelles technologies et le marketing.
Il s’intéresse à la cardiologie, à l’immuno-oncologie et aux dispositifs médicaux.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.